Action surprise d’écriture au Mucem


En préfiguration des ateliers que nous animerons le 4 décembre 2021 au Mucem dans le cadre de l’exposition Salammbô (voir en bas de page), nous avons mené mardi 19 octobre, lors des Portes ouvertes, une « action surprise d’écriture ».

Nous sommes allés à la rencontre des visiteurs et leur avons demandé de nous donner quelques mots sur leurs impressions. Nous avons ensuite écrit de courts fragments à leur intention, intégrant leurs mots et ce que nous avions vu d’eux. Ils pouvaient récupérer leurs textes à la sortie en photographiant nos écrans.

Nous livrons ici le résultat de cette action. Les mots donnés par les visiteurs sont en italique.

Textes d’Anne-Claude
Nadine
Carthage, guerre, archéologie…

C’est une archéologue volontaire qui part en guerre contre les erreurs qu’il y aurait dans le livre de Flaubert à propos de Carthage.
Didier
chronologie, filmographie, histoire, art…

Pour faire un bon film sur l’histoire de son pays, Didier avait besoin d’étudier la chronologie afin de que son art n’en pâtisse pas.
Cali (jeune garçon)
Star Trek, déesse indienne, reprise…

Il était en admiration devant cette déesse indienne, il la croyait tout droit sorti d’un film de Star Trek. La reprise de la vie culturelle s’annonçait sous de bons auspices. Il allait pouvoir rêver aux pays des dieux.
Bénédicte
sensualité, érotisme, violence, envie…

Ce n’est pas un simple désir, une envie sage, non, c’est une sensualité liée à un érotisme torride lui-même mêlé à une violence presque inouïe. La simple pensée de ce bel étalon l’envoutait.
Rabbia
beauté, amour, fugace, trahison…

Elle était d’une beauté à faire pâlir tous les hommes. Presque tous lui déclamaient leur amour mais elle sentait bien qu’il s’agissait d’amour fugace. Elle ne se laissait pas influencer par tant de belles paroles qui, elle le savait, allaient aboutir à une trahison de la part d’hommes ne regardant pas plus loin que les apparences.
Nathalie
dorures, tentatrice, maudite, flamboyante…

Elle était magnifique avec sa chevelure flamboyante et les dorures qui illuminaient son manteau. Elle était tentatrice malgré elle. Elle savait pourtant qu’il fallait se méfier de son charme naturel car beaucoup la considérait comme maudite.
Homme anonyme
magnifique, voyager, disparaitre, fouilles, protection…

Cette exposition est un magnifique voyage mais je voudrais qu’on n’oublie pas de protéger les fouilles archéologiques des autres pays. Pendant trop longtemps des hommes, des néo-archéologues parfois de contrebande ont pillé les richesses de nombreux pays et trop de vestiges ont disparu.
Employée du Mucem
bataille, affrontement, érotisme, érudit…

Il fallait le travail passionné d’un auteur érudit pour écrire un tel livre et mêler l’érotisme oriental à des batailles parfois sanguinaires. L’affrontement des corps se fait autant à l’horizontale qu’à la verticale.
Joëlle
découverte, sculpture, inspiration, mis à toutes les sauces…

C’est une belle découverte que cet événement autour de Salammbô. Que d’inspiration tant chez Flaubert que chez le commissaire de l’exposition. J’admire les sculptures, les peintures, les extraits de films, les manuscrits de Flaubert. Je suis moi-même inspirée pour lire le livre et participer à des ateliers d’écriture.
Izari
artistes, Flaubert, collage, manteau monumental, effet de lumière, clair-obscur, matière, relief…

Flaubert est un vrai artiste que tout le monde s’approprie. Grâce aux peintres, aux sculpteurs, on donne vie à ce magnifique roman. La mise en valeur tout en clair-obscur donne du relief aux objets tous magnifiques, mention spéciale au manteau monumental. Sa lumière est de plus bel effet avec ses pierres précieuses qui éblouissent.
Stéphanie
fantastique, fantasmagorique, contrasté, sensuel, imaginatif, prolifique, la femme voulue par l’homme, support de désir…

Elle sentait bien qu’il la désirait, elle s’était aperçue depuis longtemps maintenant qu’il lui parlait de façon sensuelle. Elle ne voulait pas être un simple objet de désir, elle ne voulait pas céder sous le poids des belles paroles, toutes aussi fantastiques les unes que les autres.
Jenny
Carthage, oranger, esplanade, musique…

Plus de frontière, ni de temps, ni d’espace. J’écoute de la musique orientale sur l’esplanade du MUCEM à Marseille tout en humant les orangers de Carthage. Plus de deux mille ans d’histoire ont franchi la Méditerranée. C’est la magie du musée.
Textes de Nadine
Anne-Claude
Firmament, trompe, festin, silence…

Plateau de théâtre. MUCEM. Silence ! Tout est prêt ? La scène du banquet c’est bon ? Faut un vrai festin sur la table on a dit ! Et le firmament ? La scène est en plein air. Bon sang, aux éclairages vous faites quoi là-haut ? Le festin doit avoir lieu sous les étoiles ! On sera jamais prêt ! Et puis on pourrait pas enlever cette trompe du milieu du plateau. C’est dans l’Acte II. Silence ! Silence ! Je veux voir Salammbô !
Fabienne, Nicolas
Orientale, princesse, sorcellerie, magique, prêtresse, riche, or, précieux, ivoire, fait peur…

Une princesse, une prêtresse c’est un peu la même chose dans tous les coins du monde sauf qu’en Orient c’est toujours la Vérité. Salammbô c’est la Grande Orientale avec ses colliers, ses bijoux en or et sa magie nouée à la ceinture. Dans son domaine, de l’ivoire blanc l’entoure, l’enclot, la rend majestueuse. Femme-éléphant. La sorcellerie est dans son savoir et dans ses yeux. Tout ce qui l’entoure brille, mais elle seule est riche. C’est ça qui fait peur.
Magali
mystère, femme forte, Druillet, les BD de mon père…

Salammbô Métal. Métallique. Spatiale. Avec le temps, plie, se tord, se contorsionne, ne rompt jamais. Salammbô métal fort. Druillet a vu ses yeux jaunes qui ont fixé l’histoire et l’avenir d’un même regard. Salammbô métal lourd. Métal maudit.
Didier, Guillaume, Julien
classicisme, baroque, Orient, gigantisme…

Classicisme, c’est quoi ? C’est baroque, je crois. Et si on embrouillait les périodes pour apprécier tous les visages de Salammbô ? On verrait naître trois autres courants artistiques : L’Orient de Flaubert, le Gigantisme de sa plume et la Traîne de son œuvre !
Liona, Yann
féminin, sacré, étrange histoire, montée de Kundalini, inspiration du monde, sacrifice, antique, manipulation, perpétuelle…

C’est une étrange histoire. « Etrange » ça veut dire « Femme » ? « Femme » ça veut dire « Histoire » ? L’inspiration du monde naît toujours dans l’étrange des textes anciens. C’est l’histoire de la femme perpétuelle qui est partout sur les murs, les écrans, les romans. Alors oui, le sacrifice ! oui la manipulation ! Et les temps antiques n’y sont pour rien. Salammbô c’est un nom, une histoire, une hypnose perpétuelle. La montée de Kundalini, les serpents, elle a connu. Mais elle a dansé, vécu, aimé. Elle n’a pas crié. Elle est morte. C’est une étrange histoire. Elle vit.
Jean-Charles
fascinant, envoûtant, morceau d’histoire…

Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Fascinante parce que prêtresse. Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Tu m’envoûtes encore. Ta beauté, ton allure, ton regard. Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Je te cherche dans les livres d’histoire et dans le ciel des mondes. Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Mais tu es devant moi dans ce morceau d’histoire qu’on partage toi et moi. Il est 19h26 au MUCEM et déjà je rêve. Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Salammbô ! Salammbô !
Textes de Marie-Paule
Guilaine
riche, partir, revenir…

Riche de culture et de beauté si elle part maintenant, c’est pour mieux revenir bientôt.
Nadine
Carthage, guerre, archéologie…

La guerrière erre dans ses recherches archéologiques entre Carthage et Cathare.
Anne-Claude
feutré, vitesse, cerbère, tamisé…

Les cerbères à l’entrée ne t’ont pas fait peur. A toute vitesse tu t’es précipitée dans l’exposition consacrée à la prêtresse de Tanit. Parvenue dans les lieux sacrés à l’éclairage tamisé, c’est à pas feutrés que tu poursuis ta visite
Rabbia
beauté, amour, fugace, trahison…

Salammbô la malchanceuse, qui n’a jamais maitrisé son destin, ballotée de trahisons en trahisons, suscitant les amours fugaces et sans espoir.
Jona
les anciennes écritures, calligraphie, le mec c’est très bien fait on voit même ses poils il n’est pas beau c’est pas mon genre…

J’aime trop les anciennes écritures, la calligraphie. Le mec à la fin c’est très bien fait …on voit même ses poils ! par contre il n’est pas beau, c’est pas mon genre.
Liona
féminin, sacré, étrange histoire, montée de Kundalini, inspiration du monde, sacrifice, antique, manipulation, perpétuelle…

L’histoire de Salammbô raconte une manipulation perpétuelle : celle de Salammbô qui illustre une féminité sacralisée et sacrifiée. La représentation du monde antique, la montée de kundalini et les 7 chakras aussi sont très inspirants. J’aime bien son lien avec le serpent.
Stéphanie
fantastique, fantasmagorique, contrasté, sensuel, imaginatif, prolifique, la femme voulue par l’homme, support de désir…
Salammbô du point de vue d’une femme d’ici et de maintenant : oui c’est fantastique et même fantasmagorique. L’œuvre de Flaubert a tellement inspiré les artistes ! l’expo est contrastée, imaginative, prolifique. Mais c’est encore et avant tout une représentation de la femme vue par l’homme : un support de désir !
Textes de Jean-Paul
Didier
chronologie, filmographie, histoire, art…

Didier, tu t’es fait un film, là ?
Tu sais pourtant que le cinéma n’existait pas à l’époque de Flaubert ! Encore moins à celle de Carthage… Mais on peut imaginer le péplum que tu t’es fait dans ta tête !
Magali
mystère, femme forte, Druillet, les BD de mon père…

Magali a piqué les Métal Hurlant de son père. En cachette ? En couverture, elle a dû voir le dessin d’un guerrier fou aux yeux rouges. Est-ce ça qui a attiré Magali ? Son père savait-il que sa fille lisait les délires dessinés de Druillet ? Faisait-il semblant de l’ignorer ou était-il totalement inconscient ? A-t-il compris que sa fille ne serait plus jamais la même après cette lecture ?
Magali n’a pas encore percé le mystère de Salammbô, la femme forte. Magali est-elle devenue elle-même une femme forte ? Ses nuits ont-elles été peuplées de cauchemars ?
Aujourd’hui, Magali se dit que ce serait sans doute pas mal de lire Salammbô.
Sarah
Salammbô, mystique, tragédie, clair-obscur, pierres précieuses (pléthore), velours, voile, parfum capiteux, le sort, victime…

Sarah s’est réveillée d’un rêve encombré de pierres précieuses, de parfums capiteux et de lourds velours. Le patio où elle se trouvait était plongé dans un clair-obscur qui lui fit venir à l’esprit le terme d’oxymore. Était-ce bien le moment pour se poser des questions de vocabulaires ? Allongée sur des pavés humides, incapable de se souvenir de ce qu’elle avait fait durant les dernières heures.
Un homme est arrivé derrière elle, lui a arraché le voile dont elle était couverte. Un serpent a fui sous ses jambes. L’homme est tombé à genoux devant elle. Elle sut que cette fois il ne l’abandonnerait pas à son sort tragique et qu’il l’emporterait avec lui dans la mort mille fois préférable.
Sarah s’est à nouveau réveillée. Le réveil n’avait pas sonné. Elle n’aurait pas dû autant boire la veille aux Portes ouvertes de l’expo Salammbô…
Françoise
sensuel, érotique, accessoires, voile, serpent qui l’enserre, l’homme qui la veut, la mort partout…

Je crois que Françoise a pris l’exposition Salambbô pour un peep-show !
Le serpent a dardé sa langue vers elle, oubliant la prêtresse de Tanit. Françoise a arraché le voile dont était couverte Salammbô et l’a jeté sur ses épaules. La mort était partout, il fallait s’évader, sortir du piège qu’on lui avait tendu. Cet homme allait quitter son cadre, il tournait déjà le dos à la prêtresse, il voulait oublier ces artistes qui avaient profité de lui. Avant que Françoise ait pu sortir de la salle, l’homme était sur elle et l’emportait.
Emma, Carole
découverte, impressionnées, diversité des formes…

Alors là, Emma et Carole, elles sont soufflées ! Impressionnées ! Du jamais vu ! Une vraie découverte, cet univers. Ces artistes sont sans doute un peu allumés, pour pondre toutes ces œuvres. Du coup, ça les laisse sans voix, Carole et Emma !
Gabrielle, Yohan
exotisme, précurseur, futuriste, fait voyager, irréel, fictionnel, visions d’artistes, il ne voulait pas d’illustrations, sensualité, énigmatique…

Gabrielle et Yohan ont le sentiment d’avoir voyagé à travers les salles de l’exposition. À travers un monde irréel, fictionnel. On pouvait craindre qu’ils s’y perdent, égarés dans ces visions d’artistes, éperdus de sensualité. Allaient-ils en réchapper ? Finalement, oui, c’est avec soulagement que nous les vîmes arriver dans le hall. Retrouvés mais toujours perplexes devant cet univers énigmatique.
Mais voyons, Gabrielle, voyons Yohan, n’est-ce pas le monde, l’art et l’amour qui sont profondément énigmatiques ?
Denis
Gustave Moreau, symbolisme, mysticisme, opéra, évocation de l’œuvre de Flaubert…

Denis me parle de Gustave Moreau. J’ai eu peur, je me suis demandé si je ne m’étais pas trompé d’exposition. Moi, c’est l’expo Salammbô, que je suis venu voir, pas celle de Gustave Moreau ! Alors je regarde autour de moi, mais non, c’est bien Salammbô ici. Alors, serait-ce Denis qui se serait trompé d’exposition ? Non plus. Ce que me dit Denis, c’est qu’il a visité récemment le musée Gustave Moreau à Paris et qu’il a un peu la même impression ici. Alors je me renseigne, je regarde sur le web, voyons un peu, Gustave Moreau. Ah, voilà ! Gustave Moreau, « l’un des principaux représentants en peinture du courant symboliste, imprégné de mysticisme ». Bon sang, mais c’est bien sûr, cette expo pue le Gustave Moreau ! Il a pas tort, Denis !
Arnaud
l’auteur ne voulait pas que ce soit illustré, femme brune et élancée, est-ce que l’exposition va biaiser ma lecture ?

Les gens sont gonflés ! Quand même… Voilà un type qui se décarcasse à écrire un roman de je ne sais pas combien de pages, autour de cette femme brune et élancée qu’il a imaginée dans sa tête. Il dit à tout le monde « Les gars, surtout, je ne veux pas qu’on illustre mon texte. Compris ? Pas question ! Mon livre suffit pour que le lecteur voie mes personnages, les lieux et tout le toutim. Alors j’ai pas envie qu’un pignouf vienne gâcher ça avec ses images. C’est ça qu’il dit, le petit père flaubert.
Du coup, Arnaud, comme il n’a pas encore lu le bouquin, il se dit qu’il a peut-être été mystifié, tout pareil que cette fille, là, Salammbô ! Parce maintenant, Arnaud a envie de lire le livre mais il a la tête déjà pleine d’images.
Cochons d’artistes !
manuscrit flaubert

Sous influence

Atelier d’écriture

Avec La Plume et l’image

Samedi 4 décembre 2021 de 14h00 à 16h30

Partons à la rencontre de Flaubert
et essayons-nous à trois exercices de style !

Construit en trois temps, cet atelier d’écriture propose d’explorer la richesse et l’inventivité dans Salammbô à travers trois thématiques : la question du point de vue, la passion amoureuse, la démesure. Un atelier sous influence, pour enrichir son propre imaginaire et son écriture personnelle !
 

TarifsTarif plein : 12€
Tarif réduit : 9€
LieuMucem, J4— Forum

Achetez vos billets






La plume et l'image

Association pour la promotion et l'animation d'ateliers d'écriture, sous toutes leurs formes.

Vous aimerez aussi...